Actualités - Évènements Côte d'Azur Chef Hôtel Monaco Monte-Carlo Non classé Palace Terrasse Vue

Em Sherif – Monte-Carlo à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo

(English Version)

De Beyrouth à Monte-Carlo, la cuisine de cœur aux saveurs qui touchent les sens s’installe à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo avec l’ouverture de l’emblématique restaurant libanais Em Sherif. Situé en lieu et place de l’ancien Côté Jardin, et plus récemment d’Ômer, la terrasse d’une vue rêvée sur la Méditerranée est le décor sublimé de cette nouvelle adresse.

A Beyrouth, Em Sherif (qui signifie mère de Sherif) est une institution imaginée par Mireille Hayek qui cuisinait d’abord pour sa belle tribu de quatre enfants (dont Sherif). Il y a douze ans, elle a souhaité créer un établissement qui lui ressemble, d’une généreuse et sincère cuisine de famille. Le succès est alors immédiat, et le concept a été largement et rapidement plébiscité au travers du Liban et de tout le Moyen-Orient : du Quatar au Koweït en passant par Damas, Oman et Dubaï. Depuis peu, les ouvertures s’enchainent en Europe, d’abord Londres à Harrod’s, à Monte-Carlo il y a quelques jours, et peut-être bientôt Paris…

C’est la jeune et talentueuse Yasmina Hayek (la fille de Mireille), au parcours brillant, qui prend les rênes de l’adresse monégasque. Elle commence à se diriger vers la médecine et la science, mais baignée dans l’univers de l’art de recevoir de sa famille, elle change de voie et décide de s’occuper des autres par les plaisirs de la table. Elle se forme à l’institut Paul Bocuse et auprès de chefs étoilés et de belles maisons comme Mathieu Pacaud, Jean-François Piège et Geramium*** au Danemark. La mère et la fille ont conçu ensemble la carte de Monaco avec des plats spécialement créés pour apporter authenticité et tradition, avec une vision plus locale afin de satisfaire les goûts en utilisant les produits de la région, comme pour les Yalanji où les feuilles de vigne sont remplacées par des feuilles de blette ou le Samak Nayy (carpaccio de daurade acidulé) ou encore le Siyyadiyeh (loup entier cuit vapeur farci au riz caramélisé aux oignons, herbes aromatiques).

Le menu découverte aux mille et une assiettes, qui virevoltent tel un ballet aux noms enchanteurs et gourmands, est assurément la parfaite adéquation pour connaître et déguster le bonheur des jours heureux d’Em Sherif. Tout commence par les mezzes (qui signifie saveur) en deux séquences : froids, puis chauds. Le Labneh, à la blancheur éclatante (rappelle le fond blanc du drapeau libanais), s’accompagne de crudités à l’idée d’une bagna cauda et se dévoile du zaatar (condiment d’épices, d’herbes aromatiques, comme le thym et de graines, comme le sésame) entre douceur lactée et délicate force : une parfaite mise en appétit qui s’accompagne du Raki (boisson anisée). L’Hummus Snoubar passionne de sa texture velourée, suave et délicate, les pois chiches sont épluchés à la main pour atteindre finesse et onctuosité, telle une purée à la Robuchon.

Puis, tout s’accélère : les petites assiettes arrivent de tout côté et vous donnent cette terrible envie de goûter, de piocher, de partager, de tremper avec ardeur le pain fait maison, servi tiède. Les mains échangent avec bonne humeur et nonchalance ces mets des délices : Fattoush, Mutabbal, Briwat Jibneh, Musakhan Djeij, Berghoul Banadoura.… le Fattet kraydiss (gambas sautées, yaourt et kadaïf) vous ferait peut-être perdre la raison de vouloir le garder pour vous.

Le Samak Tajine (filet de bar aux agrumes et kumquat), servi tiède, s’avère étourdissant d’allégresse…. Vous voilà alors transporté dans le Liban authentique et raffiné à la douce chaleur réconfortante et acidulée.

Pour suivre, les Tebbekh et les Mechwi vous démontrent avec assurance que la cuisine libanaise ne s’en tient pas uniquement aux mezzes, mais bien plus, comme le Kharouf : la souris d’agneau confite en parfaite filigrane de cannelle et d’un jus infusé aux herbes, qui permet au claquant freekeh (blé dur vert entier au goût fumé et légèrement sucré) de s’épanouir en bouche, rappelant les saveurs d’un Kibbeh (boulette de forme allongée farcie à la viande et enrobée de boulghour). Le Farrouj, le coquelet mariné, se fait merveille de « jutosité » et de moelleux comme rarement, mis en relief d’une pointe grillée sur le feu.

Les douceurs des Helo sont un hommage en équilibre sans excès de sucre de cette partition tant adorée. Le Paris-Brest devient ainsi Beirut Monte-Carlo à la crème de date fraîche infusée au thé noir, le Baklava à la pistache et sa glace pistache est aérien et vous fait craquer par la vérité de sa saveur et le Nammoura Hamod se fait fraîcheur idéale de son subtil gâteau de semoule au citron de Menton, de la confiture citron, du sorbet citron et des citrons confits.

Le service de salle, orchestré avec attention par Salah El Kadri, est discret et convivial à la fois, au doux plaisir du faire plaisir.

La carte des vins propose une petite sélection de vins libanais et de flacons haut de gamme de l’hexagone.

Em Sherif Monte-Carlo à l’Hôtel de Paris raconte une belle histoire, celle d’une famille au désir du bon, du beau et de l’amour du partage autour de leur table à la convivialité qu’il fait bon vivre. «Beirut My Love – Monte-Carlo Mon Amour »

Mezzes 12 à 38€ – Plats et Grillades 30 à 130€ – Desserts 16 à 23€

Menu Découverte 140€

Em Sherif Monte-Carlo à l’Hôtel de Paris Monte-Carlo

Place du Casino, Hôtel de Paris Monte-Carlo
98000 Monaco

+377 98 06 88 75

%d blogueurs aiment cette page :