Côte d'Azur Chef Gastronomiques Hôtel Nice Non classé Terrasse

La Verrière – Chef Pierre-Alain Garnier – Hôtel Monsigny – Nice

(English Version)

La Verrière : une gastronomie franche et vraie. C’est le chef Pierre-Alain Garnier, au parcours Tropézien et très Riviera (Lily of the Valley, Hôtel de Paris Saint-Tropez, Hôtel Impérial Garoupe Antibes, Monte-Carlo Bay…), qui fait de cette nouvelle adresse, installée au sein de l’Hôtel Monsigny, une étape incontournable du quartier de la Libération à ne pas manquer. 

Il a quitté ses belles terres de la presqu’île pour une nouvelle aventure et prendre part à un projet grandiose de métamorphose de l’Hôtel Monsigny en un hôtel de luxe 5 étoiles, qui sera doté notamment d’une table gastronomique d’envergure. Les avisés et ambitieux propriétaires Claudia et Bruno Pedroni, qui ont racheté l’hôtel attenant, ont déjà entamé la transformation qui semble prometteuse dans une décoration d’aujourd’hui et véritablement arty. 

En attendant la réalisation complète, le chef propose à La Verrière, réaménagée avec élégance pour l’occasion, une cuisine de saison, sincère et réconfortante qui va droit au cœur, où tout est là pour le plaisir des sens et des papilles. 

Tout peut commencer avec un cocktail créatif,  raffiné et parfaitement exécuté, comme le Nut Cracker (Bourbon Bulleit, Infusé caramel de noix, Bitter noix) ou le Nymphéa (Absolut Vodka infusée hibiscus, St Germain, sirop de miel de fleurs, jus de citron) qui s’accompagnent en harmonie de moelleuses et croustillantes frites de panisses à la truffe. Laissez-vous séduire par les suggestions de saison pour découvrir toute l’amplitude gastronomique du chef. 

Pour débuter, la Déclinaison d’artichauts, magret fumé et légèreté de barigoule est une entrée qui résonne de printemps. Les excellents artichauts crus ont la franche vivacité et le parfait croque en bouche, la crème d’artichauts amène la suavité idéale. Le magret fumé se fait viande raffinée et racée en bouche et l’écume de barigoule rassemble le tout.

Pour suivre, les Ravioles au foie gras, morilles et asperges, espuma de champignons vous font entrer dans le monde de la gourmandise et du réconfort des papilles. Ces raviolis, à la délicate pâte, sont gorgés de sensualité du foie gras qui explose en bouche, les morilles délivrent leurs chaleureuses saveurs enivrantes et les asperges crues et rôties apportent la double texture qui cadence l’assiette.

Cabillaud, purée de panais, châtaignes émulsion Noilly Prat, le poisson, à la cuisson ajustée à la vapeur, est repulpé de la savoureuse émulsion de Noilly Prat qui rappelle avec délices, non surrané, les réjouissantes saveurs au bon goût d’autrefois qui vous délivrent des émotions. Les petites carottes donnent du punch, entières ou en chips, oranges ou violettes. La lisse purée de panais, les châtaignes rôties et les noisettes au plaisir croquant font de ce plat une belle transition de la palette gustative hiver-printemps.

Pour terminer en pimpante douceur, le Citron dans tous ses états pulse en acidulé bien vu et en parfait équilibre entre une tarte citron et une Key Lime Pie revisitée et destructurée : crème citron, gelée de citron vert, glace aux deux limes, poudre de biscuit et meringue inversée.

Le soir, l’atmosphère tamisée est agréable et s’accompagne en harmonie d’une douce ambiance musicale jazzy. Au déjeuner, la salle est au première loge (tout en étant préservée) de l’animation du quartier et de son vibrant Marché de La Libé. 

Le service a le charme et la gentillesse des belles pensions de famille sous l’œil attentif de son directeur. 

La carte des vins devrait s’étoffer dans les prochains mois pour être au diapason de la cuisine.

La Verrière par le chef Pierre-Alain Garnier est indéniablement une adresse à part à Nice, qu’il est bon de connaître pour frémir intensément des plaisirs du bon et du vrai.

Entrées 12 à 13€ – Plats 21 à 24€ – Desserts 11 à 12€ – Menus : entrée – plat – dessert 40€

La Verrière – Hôtel Monsigny

17, avenue Malausséna – Nice.
04 89 74 91 58 

%d blogueurs aiment cette page :