Baumanière – Les Baux de Provence, une réouverture pour une « Parenthèse Étoilée et Enchantée »

Le mois de mars est peut-être l’un des mois les plus importants de l’année car il annonce le renouveau, le début du printemps, qui nous redonne cette énergie vibrante et enjouée, la saison estivale approchant. Tout semble s’éveiller à nouveau, la nature, les rayons d’un soleil un peu plus perçant chaque jour, les bourgeons naissants de couleurs et les oiseaux entamant leur ode à la belle saison… mars est également le mois où les établissements hôteliers fermés en hiver commencent à faire parler d’eux, au travers d’annonces de réouvertures, d’images sur les réseaux sociaux, comme des « teasers » d’une vie presque retrouvée, donnant cette folle envie de partir dans ces lieux d’exception et de plaisirs gourmands. Sur la Riviera et en Provence, les hôtels, les Palaces au charme infini s’éveillent peu à peu, les chefs aspirent à une ouverture vraie et non tronquée et travaillent avec intensité et fébrilité sur leurs nouvelles cartes. Ils ont élaboré et testé de nouvelles techniques : cuisson, fermentation et maturation, ou ont installé de nouveaux potagers, etc…comme Marcel Ravin au Blue Bay, Christophe Bacquié à l’Hôtel & Spa du Castellet ou encore Arnaud Donckele à La Vague d’Or, Cheval Blanc Saint-Tropez, sans oublier Glenn Viel à l’Oustau de Baumanière.

Les premiers à faire le pas d’une réouverture progressive (une quinzaine de chambres) est le mythique établissement de Geneviève et Jean-André Charial : Baumanière les Baux-de-Provence, qui n’est pas seulement une destination, mais un lieu de vie, d’élégance, d’émotions, de gourmandises et de savoir vivre, enrobé d’un savoir recevoir unique. Cette année, particulière et chargée de restrictions, est une occasion rêvée de découvrir ou re-découvrir en toute quiétude, le temps d’un week-end, cette belle maison, et d’apprécier un dîner triplement étoilé ou gourmand dans le confort et l’intimité de votre chambre. A vous de choisir votre « Parenthèse », si vous la souhaitez « Étoilée », vous serez logé dans la bâtisse principale et dégusterez le menu gastronomique du chef Glenn Viel, si vous optez pour celle « Enchantée », vous serez à La Cabro d’Or et découvrirez la Provence gourmande du Chef Michel Hulin.

Baumanière est situé dans le Val d’Enfer, au pied de la mystérieuse et envoûtante roche des Baux qui, au coucher du soleil, se revêt d’une allure flamboyante, dansante et changeante, renforcée de son aspect torturé dû à l’érosion d’un Mistral sifflant, qui se heurte depuis des années à tant de beauté. Les Baux-de Provence est assurément un des plus incroyables et fascinants villages perchés de France, c’est un véritable emblème de toute une région. La route y menant est une allégorie parfaite d’une Provence sublimée de mille et un oliviers aux reflets argent. Ce paysage aride, torturé et presque charnel est celui des toiles de Cézanne ou de Van Gogh. Au détour d’un virage, enivré d’images plus belles les unes que les autres, vous voyez apparaitre, tel un mirage, un grand « B » entrelacé et cerclé d’élégance sur un panneau qui vous indique que vous arrivez à Baumanière. Un grand bassin d’une eau chantante, tel un lavoir en plein air, un long mas aux larges fenêtres de plein-pied et aux tuiles d’un camaïeu ocre, telle une mosaïque, des allées de cyprès et des haies de buis aux lignes rectilignes, vous ouvrent le chemin de la réception principale, qui se situe dans un bâtiment à ligne pure. Les monumentaux volets, gris, mobiles, cadencent en silhouette la façade et lui donnent une allure moderne au charme authentique. L’arrivée à Baumanière vous apporte une sensation rare que vous n’éprouverez pas ailleurs : entre grandiose et intimité, luxe et charme, à la fois intimidant et rassurant.

Vous voilà accueilli avec douceur, professionnalisme et l’on vous accompagne jusqu’à votre lieu de villégiature pour découvrir dans quelle des Maisons, vous allez vivre. Oui, à Baumanière, on ne parle pas d’un Domaine et encore moins d’un Resort, mais de « Lieux de Vie », comme un « chez-vous » le temps de votre séjour. Les 54 chambres et suites sont réparties dans cinq bâtisses différentes situées dans un parc de 20 hectares. Tout d’abord, l’Oustau (le bâtiment historique où se situe le restaurant trois étoiles), la Guigou, un mas du XVIIème siècle en retrait entièrement privatisable, le Manoir, un élégant manoir du XVIIIème siècle, et deux charmants mas Provençaux, Carita et Flora (où se situe le restaurant La Cabro d’Or). Tous ces lieux sont accessibles en voiture, mais également (et surtout!) à pied, par un petit chemin d’un peu plus de 900m de long, plaisant et immersif : « La Ballade de Baumanière ».

C’est Raymond Thuilier (le grand-père de Jean-André Charial) qui est à l’origine de l’histoire et de la vie de cette magnifique maison. Il se porte acquéreur en 1943 d’un mas Provençal, qu’il transforme en un lieu unique. L’Oustau de Baumanière voit le jour en 1945 et est inauguré par George Pompidou l’année suivante. Cette charmante bâtisse devient très vite un hôtel de luxe et une adresse gourmande incontournable des gastronomes du monde entier. Raymond Thuilier obtient la consécration des trois Étoiles au Guide Michelin en 1954. En 1961, il ouvre un second restaurant plus rustique, mais tout aussi savoureux : La Cabro d ‘Or, qui obtiendra 1 Étoile en 1969, l’année à laquelle, Jean-André Charial rejoint son grand-père dans l’aventure et entame un tour de France des grands chefs (Alain Chapel, les frères Troisgros, Paul Haeberlin, Paul Bocuse…), ainsi le petits-fils et le grand-père vont travailler ensemble main dans la main durant 24 ans et faire évoluer la carte de l’Oustau de Baumanière, jusqu’au décès de ce dernier en 1993. Jean-André Charial et son épouse Geneviève n’ont cessé depuis de faire évoluer l’établissement en un lieu d’exception, et ont insufflé une dynamique parfaitement dans son temps, toujours dans le respect de l’âme de Bamanière, du raffinement et des « belles manières » : créations de nouvelles chambres et suites, d’un spa de 500m2… En 2015, année des 70 ans de l’établissement, le chef Glenn Viel (lire article) est nommé à la tête des cuisines de l’Oustau, dans le but de regagner la troisième étoile, perdue 30 ans plus tôt : il l’obtiendra en 2020.

Si vous séjournez dans le bâtiment de l’Oustau, vous serez au coeur de l’histoire de cette Maison de famille et dormirez peut-être royalement dans la suite où a séjourné la Reine Elisabeth d’Angleterre, vous pourrez avoir l’inspiration d’un polar à la San Antonio ou griffonnerez un dessin aux lignes pures et stylisées, tel l’Orphée de Cocteau… les plus grandes personnalités, les dirigeants et têtes couronnées de ce monde sont tombés amoureux de ces lieux subjuguants, de cette atmosphère si particulière, vibrante et enivrante de bonheur. Frédéric Dard n’a t-il pas dit : « Baumanière n’est pas une hôtellerie, c’est une récompense… » A vous de faire votre histoire et vivre vos futurs souvenirs d’un instant suspendu.

Les chambres aux allures contemporaines, chic, chaleureuses laissant parler l’authenticité des matières brutes locales, allégées d’un classicisme oppressant, sont décorées et signées par des artistes comme Stéphane Plassier, mais aussi par Geneviève Charial, qui mêle parfaitement meubles et objets entre tradition et modernisme. Que dire lorsque la porte de votre chambre s’ouvre et que vous découvrez alors votre « lieu de vie » : une passerelle en mezzanine vous offre une vue plongeante sur votre salon, où un lustre à la poésie onirique (signé du designer Ingo Maurer) d’une envolée d’ampoules ailées, telle une nuée d’oiseaux fascinés par la lumière, vous accueillent. La passerelle vous permet d’accéder également à votre oasis secrète, une terrasse avec une vue à l’infini de ce Val d’Enfer qui devient ainsi votre Paradis. La chambre vous donne cette sensation de sérénité et de lâcher prise dont vous avez tant besoin. La pierre au sol, tel un damier de tommettes, répercute à merveille la lumière et inonde d’une chaleur réconfortante la pièce. La porte fenêtre, ouverte sur la végétation luxuriante jouant des ombres, est tel un tableau vivant et ardent.

En saison, la grande piscine en pierre des Baux, entourée de châtaigniers, saura parfaitement vous rafraîchir de sa magnificence surplombée d’un décor naturellement vibrant. Les deux autres piscines, situées au Manoir ou proche du mas Carita, sont lovées de tranquillité et de farniente. Avant de rentrer par le chemin buissonnier, n’hésitez pas à vous perdre dans les potagers biologiques et peut-être découvrir les tomates et aromatiques qui seront dans votre assiette le soir et à contourner l’olivier à salade (un olivier centenaire où sont plantées en cercle les salades), faites vos civilités aux petites chèvres qui quémandent avec tendresse une caresse ou peut-être une herbe un peu plus verte de l’autre coté de la clôture. Les serres des courges et autres cucurbitacées, sont proches des tennis pour ceux qui sont dans l’âme d’un échange de balles. Le spa est une alternative moins sévère, mais tout aussi énergisante et relaxante à la fois. De retour dans votre chambre, la coupe de champagne, dégustée sur votre terrasse au coucher du soleil, sera sûrement une des meilleures de toute votre vie, et de celles qui vous apporteront à jamais le sourire aux lèvres et un soupir d’aise à chaque fois que vous vous remémorerez cet instant figé dans l’infini des délices.

Que vous choisissiez de séjourner à l’Oustau pour découvrir toute la partition émouvante et gastronomique du chef triplement étoilé Glenn Viel et de ses équipes (lire article), sans oublier les douceurs incarnées du chef pâtissier Brandon Dehan, ou à La Cabro d’Or pour respirer La Provence et déguster la cuisine enjouée et ensoleillée du Chef Michel Hulin aux saveurs d’un terroir raffiné, vous vivrez des moments de Bonheur et ferez partie désormais de la légende de Baumanière les Baux de Provence. Avant de vous coucher, n’oubliez pas de scruter la voute céleste pour apercevoir la lune si proche, accrochée à la roche qui vous offrira cette occasion unique de toucher les étoiles.

Pour la nouvelle saison, l’établissement a annoncé l’arrivée du Chef Sommelier Pierre-Marie Faure (qui a officié durant plusieurs années à Londres, notamment, au sein du restaurant Alain Ducasse at The Dorchester), afin de mettre en avant et pérenniser le trésor aux 50000 bouteilles de la cave de l’Oustau de Baumanière.

Parenthèse Étoilée à l’Oustau de BaumanièreA partir de 629€ la nuit pour 2 (la nuit en chambre Luxe, le petit déjeuner en chambre, au tarif spécial de 20€ par personne, le diner en room service, avec le menu du jour (entrée-plat-dessert) servi de 19h30 à 20h30 par l’équipe du chef Glenn Viel (hors boissons). Valable les jeudis, vedredis et samedis et le dimanche de Pâques.

Parenthèse Enchantée à La Cabro d’OrA partir de 439€ la nuit pour 2 (la nuit en chambre Luxe, le petit déjeuner en chambre, au tarif spécial de 20€ par personne, le dîner en room service, avec le menu du jour (entrée-plat-dessert) servi de 19h30 à 20h30 par l’équipe du Chef Michel Hulin (hors boissons). Valable les jeudis, vendredis, samedis du 11 au 30 Mars puis les mercredis, jeudis, vendredis, samedis à partir du 30 Mars et également le dimanche de Pâques.

Baumanière Les Baux de Provence

Mas de Baumanière
13520 Les Baux-de-Provence
Tél. : +33 (0)4 90 54 33 07