Bar à Vin Bistrot Côte d'Azur Nice Non classé Restaurant Terrasse

..ROUGE Nice, Restaurant Bar à Vin Gourmand.

C’est en juin dernier, dans le quartier des antiquaires surplombant le port Lympia, que ROUGE Nice s’est installé et a ouvert l’appétit des gourmands niçois. La saison a été un franc succès pour cette terrasse animée qui longe la forteresse du Château.

Alexandra et Gautier, couple à la ville et à la scène gourmande, qui se sont rencontrés à l’école hôtelière Vatel, apportent à cette adresse unique à Nice une bousculante convivialité des plaisirs du bon. Tous deux ont un parcours de belles maisons à l’international : Alexandra s’est dirigée dans la relation clientèle et le marketing, quant à Gautier, après quelques expériences, il est resté six années auprès de son mentor Yves Candeborde (empereur de la cuisine bistrot et instigateur de la bistronomie ), d’abord en tant que manager, puis Directeur Général du groupe et de ses 4 restaurants, dont l’emblématique Le Comptoir du Relais Saint-Germain, véritable institution germanopratine mondialement connue et reconnue, temple du bien manger « canaille » et sans complexe. 

C’est cette identité qu’Alexandra et Gautier ont souhaité donner à leur premier restaurant où les petites assiettes de hors-d’oeuvres (cuisinées comme de véritables petits plats, avec des produits frais et de saison, venant de fournisseurs et d’artisans responsables) se partagent, s’échangent avec passion, délice et sans façon. La charcuterie et les cochonailles d’exception viennent de chez Louis Ospital, artisan charcutier au Pays-Basque, les légumes de l’exploitation familiale cannoise Jean-Charles Orso, le pain à la farine de blé ancien Pétanielle Noire de Nice est celui de Michel Fiori, sans oublier les bières artisanales de Berre les Alpes de La Brasserie Berroise et la distillerie Cazottes reconnue par les plus grands chefs pour leurs eaux-de-vie comme celle de Petit Epeautre. 

Vous voilà informé des ingrédients, qu’en est-il des assiettes qui ne sont ni des tapas, ni des amuse-bouches mais bien des plats cuisinés et concoctés en petites portions à partager (ou pas) ? 

A la lecture de la carte, les intitulés vous interpellent grandement et vous donnent cette envie de tout choisir. La dégustation se révèle pimpante, bien balancée et fait vibrer les papilles de délices vrais.

Croquettes au parmesan & perles du Japon : comment ces petites croquettes carrées, qui paraissent simples, peuvent faire autant d’effet ? Du croquant, du croustillant, le parmesan est indécemment fondant et les perles du japon viennent cadencer et donner de leur claquant en bouche, c’est pertinent, gourmand et surtout addictif!

Rissoles au fromage, citron vert, comme des petites ravioles de Royan, mais frites, elles sont ludiques, joyeuses de leur belle croustille et se picorent avec allégresse. 

Poitrine de cochon Ibaiama d’Eric Ospital, caramélisée au miel, ce rare cochon, à la belle origine des pâturages basques, a de quoi vous passionner par la personnalité de sa viande et de son joli gras, qui nourrit la chair avec profondeur, il s’enrobe du caramel de miel et se mange avec passion avec les doigts et certainement pas du bout des doigts. L’oignon frais et le persil apportent le kick en plus qui vient donner de la fraîcheur, le poivron enveloppe toute cette bande organisée de bonheur. 

Lentilles, chorizo et œuf parfait : il fait froid, il fait triste, c’est l’hiver eh bien les lentilles sont là pour vous ! Un tiercé ultra gagnant et joyeux, des lentilles « cassées » en presque purée au goût bien terrien, un chorizo qui donne de sa piquante personne et un œuf qui s’épanche avec ardeur de sa perfection. C’est absolument réconfortant et rassurant. 

Les Piments de Padrón sautés : ce petit piment vert, qui se grignote sans compter, a la douce identité d’un poivron grillé d’une changeante intensité.

Les Encornets à la plancha, chorizo d’E. Ospital ont la ferveur d’un brillant terre-mer bien balancé qui stimule l’envie d’y retourner à chaque bouchée. 

Les Couteaux en persillade ont la belle mâche et cette vivacité iodée qui vous emporte dans sa vague, le beurre citronné et les petits dés de poivron tiltent les papilles de concert. 

La Poêlée de cèpes, œuf au plat se fait fondante d’une humide ballade en forêt, (on aimerait peut-être des cèpes un peu plus colorés pour confirmer cette saveur si unique), l’œuf se fait compagnon idéal et les grains de blé frits apportent la texture bien vue. 

Macaron au boudin noir d’Eric Ospital : intrigante association qui excite l’intérêt, d’un sucré-salé réussi, repulpé du gel de piment d’Espelette. Le macaron craque à souhait pour sa farce du crémeux boudin noir. 

Pour finir en douceurs, vous avez le choix entre les desserts maison à la volonté régressive et les pâtisseries de Jonathan, jeune ostéopathe reconverti Pâtissier.  

Cet hiver, Rouge s’annonce encore plus chaleureux et convivial avec une verrière amovible et des places dans l’intime salle aux murs arty, ou au comptoir, face à la belle motte de beurre et de l’élégante vinothèque.

Pour les vins, la sélection est intelligente, large et ajustée à tous les budgets et à toutes les envies, on y retrouve une vraie sélection et recherche de vignerons indépendants travaillant majoritairement en bio, biodynamie et nature. 

Alexandra, Gautier et toute l’équipe vous recevront avec attention, vivacité et amitié, et tous vous donneront cette canaille envie de faire de Rouge votre adresse gourmande, fétiche. 

Cochonnailles et charcuterie 10 à 20€ – Plats à partager 5 à 27€ – Côte de bœuf 85€  – Desserts 6 à 11€. 

ROUGE – Restaurant Bar à Vin – Nice

2 Rue de Foresta,

06300 Nice

09.77.94.22.39

%d blogueurs aiment cette page :