L’Ecole de Nice – Keisuke Matsushima

Le Bistrot de l’Ecole de Nice fait partie de ces adresses qu’il est bon de connaître et de garder précieusement. L’un des restaurants du chef Keisuke Mastushima est une des références les plus pertinentes dans sa catégorie et bien vue de la ville de Nice. Le chef y propose une cuisine méditerranéenne de marché d’une grande fraîcheur aux twists vifs et bien balancés à un tarif d’une belle délicatesse.

©lepetitlugourmand
©lepetitlugourmand

Le chef Keisuke Matsushima, bien connu des niçois, fait partie des figures locales dynamiques de la ville. Le plus niçois des chefs japonais est arrivé en France à l’âge de 20 ans, pour un tour des régions, après avoir passé deux années à l’Ecole culinaire de Tokyo. Il travaille, apprend et intègre le savoir-faire de chefs prestigieux comme Régis Marcon, Michel Sarran ou encore des frères Pourcel. Au détour de son périple et de son imprégnation culturelle régionale, il tombe sous le charme de « Nissa La Bella », de son histoire et de son patrimoine culinaire. La rencontre avec le passionné et sincère chef Dominique Le Stanc, ancien chef du Chantecler  ( ayant obtenu 2 étoiles Michelin à l’Hôtel Negresco, il a préféré embrasser l’authenticité et la simplicité en ouvrant son bistrot niçois « La Meranda » dans le Vieux-Nice, en abandonnant les ors des Palaces et de la haute-Gastronomie ), le convaincra de vivre et d’écouter son coup de coeur. Ainsi, à 25 ans, le jeune chef japonais ouvre son établissement en 2002, qu’il nomme d’abord Kei’s Passion, puis quelques années plus tard Keisuke Matsushima. Il y propose une cuisine gastronomique d’identité et de terroir dans un raffinement contemporain à l’épure et aux twits véritablement nippons donnant des reliefs précis. En 2006, il obtient la consécration d’une étoile au Guide Michelin.

©LeChefMagazine
Le Chef Keisuke Matsushima ©LeChefMagazine ©KeisukeMatsushima

C’est en 2012, que le chef ouvre son nouvel établissement et confie les cuisines à son second Yoshinobu Seki. L‘Ecole de Nice est un bistrot convivial, sans chi-chi, situé dans le centre de Nice. Une décoration mettant à l’honneur les artistes niçois ( connus ou moins du fameux courant artistique « l’Ecole de Nice » en passant de Ben à Arman, par César ou encore Karen ), mêlant quelques touches de tradition et de bons mots, les chaises et les tables donnent le ton et la dynamique d’une chaleureuse salle de classe.

L’ardoise, où sont inscrites les propositions du jour, ne détonne pas dans le décor : quatre entrées, trois plats et quatre desserts qui changent au gré du marché et des saisons et toujours dans un esprit authentique et gourmand, comme en entrée : les champignons farcis aux perrugines qui sont d’une simplicité efficace, savoureux et bien menés.

©lepetitlugourmand
les champignons farcis aux perrugines ©lepetitlugourmand

Le tartare de St-Jacques, betteraves, pommes vertes émulsion de yuzu est d’une fraîcheur vive, le plaisir fondant en bouche des St-Jacques est percuté par la pomme verte qui donne de sa texture, le yuzu en acidité pimpante redynamise, et la betterave offre de sa personnalité « de terre » qui arrondit bien le tout.

©lepetitlugourmand
Le tartare de St-Jacques, betteraves, pommes vertes émulsion de yuzu ©lepetitlugourmand

Le velouté de panais, oeuf mollet, noisettes torréfiées est d’une suave et délicate saveur, l’oeuf finement mollet est « justement » pincé par le croquant des noisettes au subtil goût de grillé.

©lepetitlugourmand
Le velouté de panais, oeuf mollet, noisettes torréfiées ©lepetitlugourmand

La terrine de canard farcie aux marrons est d’une élégante rusticité agréable en bouche, les pickles d’oignons et de choux-fleurs réarment les saveurs, tout comme le mesclun.

©lepetitlugourmand
La terrine de canard farcies aux marrons ©lepetitlugourmand

Faux-Filet de boeuf Simmenthal, salade et frites maison : une belle pièce de boeuf parfaitement respectée et très goûteuse, efficacement enveloppée d’une active sauce vin rouge.

©lepetitlugourmand
Faux-Filet de boeuf Simmenthal, salade et frites maison ©lepetitlugourmand

La Daurade rôtie, fondue de poireaux grillés, beurre yuzu-soja est en cuisson maitrisée nacrée et fondante, la pimpante sauce yuzu-soja intervient pour apporter un relief vibrant et les pommes de terre donnent de leurs douces générosité bistrotière.

©lepetitlugourmand
La Daurade rôtie, fondue de poireaux et grillés, beurre yuzu-soja ©lepetitlugourmand

Les desserts sont dans le même ligne de conduite de la saisonnalité et du marché, comme la compôtée de figues, vin rouge aux épices, glace vanille en réconfortante saveur automnale est bien équilibrée en sucre. Millefeuille de pommes façon Tatin, glace rhubarbe : le feuilleté fait craquer de plaisir et la pomme idéalement caramélisée donne de sa valeur ajoutée, la Tarte citron-yuzu, glace ananas- basilic est une véritable aubaine pour les amateurs d’agrumes en parfait équilibre.

La carte des vins pioche avec intelligence dans le patrimoine régionale avec des vignerons et domaines pointus aux belles identités à des tarifs bien ajustés.

Le service est décontracté, vif et efficace, parfaitement en place.

Le Bistrot de l’Ecole de Nice est un restaurant qui vous éveille les papilles de façon efficace et enjouée en vous proposant une cuisine ensoleillée bistronomique racée à un tarif précieusement doux. A découvrir ou à redécouvrir sans modération.

  • Le chef possède un troisième établissement à Nice : Poseidon consacré aux poissons et fruits mer de la Méditerranée en signature « JapaNice ».

 

Menu déjeuner :  Entrée – Plat ou Plat – Dessert 18€  /  Entrée – Plat – Dessert 22€.

Menu dîner : Entrée – Plat – Dessert 28€.

Carte : Entrées 8€ – Plats 17€ – Desserts 7€.

Bistrot L’Ecole de Nice – 16 rue de la Buffa – 06000 Nice

Tél: 33(0) 4 93 81 39 30

https://www.facebook.com/BistrotLecoleDeNice/

http://www.lecoledenice.com/index.php

Accueil

https://www.facebook.com/poseidonnice06/

 

 

 

Un commentaire

  1. Jacques Leoty dit :

    Quel bonheur de lire le petit lu gourmand pour une merveilleuse promenade rue de la buffa simple et très agréable cuisine que les mots du petit lu met en évidence super continuation au reporter gastronome

    Envoyé de mon iPad

    >

    J'aime

Les commentaires sont fermés.