Singapour

CURE – Restaurant –  

Vous prenez un jeune chef irlandais talentueux et pétillant, vous ajoutez une ville asiatique internationale ouverte sur le monde, une cuisine contemporaine européenne des plus créatives aux délicates influences asiatiques et vous obtenez une des adresses les plus intéressantes de Singapour : CURE, classé de nombreuses fois parmi les 10 meilleurs restaurants de la ville. Situé dans le quartier de Chinatown, l’établissement est dans une rue typique : Keong Saik road, qui est bordée d’immeubles années 30 à trois étages appelés shophouses, qui abritaient autrefois de nombreuses maisons closes, mais aujourd’hui, ils hébergent galeries d’art, boutiques hôtels et restaurants réputés.

Andrew Walsh est le jeune chef propriétaire, qui a travaillé dans de nombreux établissements étoilés de Dublin, Londres et New York. Sa philosophie culinaire est simple et efficace : prendre soin de…. faire plaisir, recevoir et connecter tous les sens. Il travaille avec des produits de saison principalement locaux de grande qualité ou de grande origine. La carte et le menu dégustation changent tous les mois, la décoration est sobre : bois blond, murs gris et unis, luminaires noirs. Le soir, la parfaite mise en lumière donne une atmosphère tamisée très chaleureuse et intime : les quelques points d’éclairage sur chaque table et sur la cuisine ouverte apportent une dimension « scénographiée » à la salle.

Pour commencer, un amuse-bouche qui porte bien son nom et prépare les sens  : mini cornet de truite fumée et radis japonais. Pour accompagner le délicieux pain de campagne, un beurre fouetté au bacon croustillant d’une délicate gourmandise, tout comme le surprenant choux beurré fermenté et algues. Les seconds amuses-bouches, servis sur une rondelle de bois coupée, vous font entrer dans le vif de la cuisine du chef : originale et percutante, une fine peau de poulet croustillante utilisée comme un toast avec une délicate crème de foies de volaille, le parfait mariage entre l’Asie et l’Europe. La mini-croquette de maïs fumé est tout simplement la perfection de l’essence même du maïs, une  douce et délicate « explosion » de goûts.


Pour les entrées : le Céviche d’hamachi, poisson japonais, équivalent à la sériole, est une harmonie des saveurs. La délicatesse et le gras du poisson sont équilibrés par la douce acidité du tartare de carotte et vinaigre de gingembre, « la mache » est donnée par l’ingénieuse texture du quinoa soufflé. Le maquereau au bbq accompagné de sa crème d’oeufs de cabillaud et fine gelée de concombre est une belle assiette, un poisson parfaitement cuit, au léger goût fumé et l’association du concombre-crème d’oeufs de cabillaud fonctionne très bien.

La crème brulée de Foie gras au sucre de cannelle apporte de l’original à un plat qui ne l’est plus trop en France, subtil, léger, efficace, juste ce qu’il faut.

Le superbe œuf confit pâte à la truffe, purée de petit pois et croustillant de riz sauvage soufflé, écume de crème d’ail : tout est parfait entre le goût et la texture, le gras de l’oeuf et la fraicheur vive des petits pois en purée, le croquant du riz sauvage soufflé, le tout enrobé de l’écume d’ail, une belle émotion culinaire, c’est « umami » !!! Tous les sens sont en exergue.

Le Porc ibérique condiment poivron rouge romanesco et aïoli au safran : délicate cuisson du porc, la peau travaillée en « chips chinoise » servie à côté est assez bluffante, l’aïoli safran et la douce et goutteuse crème de poivron rouge apportent du fizz à l’ensemble.
La Cote de boeuf 72 heures, pickle de courgettes, purée d’aubergine fumée et crumble de dukka, une cuisson étonnante où l’on retrouve aussi bien le fondant d’un boeuf cuit 72h à basse température, que la vivacité d’une viande juste saisie, la gourmande et subtile aubergine fumée accompagne parfaitement la viande,  tout comme le crumble de dukha ( mélange de fruits à coques et graines d’épices, très apprécié en Australie ) donne un « crumb » épicé au plat.

Pour le dessert, le sorbet estragon meringue, fraise confite et consommé de yuzu est une harmonie délicate et gourmande, tout comme la crème de lavande miel, lait rehaussé du génial « crispy » de laitLe sorbet chocolat à l’orange brûlée est un dessert pour les choco-maniaques, la crème anglaise à l’orange donne du relief, tout comme le subtil et croustillant honeycrumb ( sorte de caramel de miel  et chocolat), une maîtrise entre douceur et force chocolatée.
Le financier servi tiède et les pâtes de fruits agrumes bien équilibrées (acide plus et sucre moins) sont de parfaites mignardises pour terminer le repas.

Le dressage est à chaque fois net et précis dans une jolie vaisselle épurée venant de Bali. Le service est très attentionné et efficace avec une belle dynamique. Une carte des vins bien choisie où l’on retrouve une sélection venant de France, des États- Unis et des voisins australiens et néo-zélandais.

Une expérience culinaire à ne surtout pas rater à Singapour où la scène gastronomique est très dynamique.

menu dégustation 4 plats : 88$ – ( dollars singapouriens )

Entrées : de 22 à 25$ – Plats : de 31 à 49$ – Desserts de 15 à 17$

21 Keong Saik Road – Singapour 089128

http://www.curesingapore.com

 

DIVINE – Bar

IMG_0416
Parkview square

Un bar à vin atypique et grandiose à la décoration Art Déco, situé dans le hall d’un immeuble à l’architecture étonnante : très « Gotham City ». Laissez-vous séduire par les « fées du vin » ( wine fairies ) qui, accrochées à un filin, volent jusqu’en haut du monumental bar pour chercher votre bouteille de vin. Une grande sélection de vins classée par pays, avec des tarifs un peu élevés, mais un lieu parfait pour passer une soirée festive et amusante. Très prisé les week-ends.

Park View Square Singapore

600 North Bridge Road S

http://www.divinewinesingapore.com

 

« STREET FOOD  »  – 

IMG_0452
Street food -marché

La « street food » fait partie intégrante de l’identité de la ville. Des stands très divers aux spécialités malaisiennes, thaï, chinoises, vietnamiennes… Toujours très propres et appétissants, même dans les échoppes les plus simples. A toute heure de la journée ou de la nuit, ne pas manquer de goûter les plats singapouriens comme le laksa, une délicieuse soupe de nouilles au bouillon épicé de fruits de mer. Un délice d’exotisme. Plus doux, mais tout aussi goûteux, le mythique chicken rice parfumé par le bouillon d’herbes dans lequel il a cuit, il est accompagné de riz savoureux et de légumes, ananas au piment. Le porc laqué à la sauce soja sucrée est tout aussi délicieux.

Chinatown et partout à chaque coin de rue.

Publicités